Brochet à la mouche, les sensations au rendez-vous !

Classé dans : article | 0

La pêche du brochet au fouet commence en général lorsque la première catégorie ferme ses portes.

 

brochetNous allons ici parler de la pêche du brochet « Esox lucius » qui se caractérise par un corps allongé et un museau large armé de 700 dents.
Comme vous le verrez ses attaques sont foudroyantes. Il chasse à l’affût sans bouger, il saute sur toutes les proies qui passent assez près. Il est capable de changer de couleur en fonction de l’environnent , passant du vert clair au vert foncé.
Le brochet de rivière se tiendra à l’abri des courants pour dépenser le moins d’énergie possible. En étang ou en rivières lentes le brochet se tiendra souvent en bordure dans 1m à 1,50 m d’eau. Les queues d’étang proche des arrivées d’eau sont souvent de très bon postes à brochets grâce à de la végétation assez dense et de la concentration de poissons fourrage. Souvent, il se tient dans les endroits les moins accessibles pour les pêcheurs (nénuphars,roseaux,branchages,souches immergées..).

Technique :

La définition de pêche sportive prend ici tout son sens et je pense que par mesure de sécurité, il ne faut pas essayer le maniement d’un gros leurre à brochet si on n’a pas acquis de solides bases concernant le lancé dit «  double-traction ». Une paire de lunette et une casquette à large visière sont conseillés car un accident est vite arrivé.
La propulsion de tous ces leurres demande de l’entraînement et de la vigilance. Le lancer sera droit et haut vers l’arrière. Les poussées et les tractions avant et arrière doivent être larges et rapides. Le posé doit être plaqué, pas besoin de discrétion. L’attaque peut être déclenchée par le bruit de l’arrivée du leurre sur l’eau.

 

Matériel préconisé :

 

La canne doit être puissante:

 

Elle doit supporter une soie de 8 minimum afin de pouvoir lancer des leurres de grande taille (15 a 25 cm). Une 9 ‘’ soie de 8 peut être un bon compromis. Les lancés ne dépassent pas les 15 à 20 mètres, au-delà il devient difficile de contrôler le leurre et le ferrage.

canne a mouche brochet
9″ soie 8

 

 

Le moulinet doit être robuste :

De conception simple, large et avec un bon frein réglable et progressif avant tout afin de pouvoir contenir les « rush ». Il devra emmagasiner une soie de grosse taille et un backing d’environ 30 mètres car régulièrement le brochet s’éloigne a grande vitesse. Des bobines de rechanges permettent d’avoir plusieurs types de soies.

 

La soie pourra être flottante WF :

 

Avec ou sans ajout de tête plongeante. Un modèle de moyenne gamme suffit vu comment nous allons passablement la maltraiter. On peut également prendre une soie intermédiaire et une plongeante rapide pour les autres bobines.

 

Le bas de ligne sera extrêmement simple :

Un mètre de crinelle d’acier  pour une résistance de 8kg environ, une boucle à chaque extrémité et une agrafe sur l’une d’elles, constitue un bas de ligne à brochet sûr et polyvalent. Toutefois certains préfèrent un nylon en 50/100éme , le principal étant d’être à l’aise avec son bas de ligne et de pouvoir lancer sans casser la transmission d’énergie.

 

 

Les leurres doivent être volumineux:

Non seulement ils doivent être bruyants, visibles et solides mais également  le plus léger possible. Un matériau résistant à l’avant et souple à l’arrière donnera de bons résultats.
Les leurres avec anti-herbes sont fortement préconisés permettant ainsi de prospecter un peu partout sur les herbiers, dans les joncs ou les nénuphars. La mobilité du leurre joue un rôle prioritaire sûr sa couleur bien que le brillant attire plus le poisson. Il semble que bien avant de voir sa proie , le brochet perçoit les mouvements et le déplacement de l’eau généré par celle-ci.

 

 

Une pince à long bec est indispensable pour dégager les leurres de la mâchoire du brochet, sans se faire mal et sans le blesser pour une remise à l’eau dans les meilleures conditions.

 

Bientôt je rajouterai des vidéos concernant cette pêche.

 

Bonne pêche à tous.

logo pechemouchefly